Recherche dans le site

 

 

 

 

 

Accéder à la liste par AUTEUR

 

Accéder à la liste par TITRE

 

La page des livres non encore listés

 

L'ouvrage précédent :
La mer à l’envers

L'ouvrage suivant :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visionnaire de l'invisible
La littérature

 « Ce livre est une bombe »
réagit le Pape François

Comment l’Amérique veut changer de Pape
Nicolas Senèze - Bayar 2019

 

Comment l’Amérique veut changer de Pape

Les affaires qui ébranlent l’Eglise catholique aux USA ne se résument pas à des abus sexuels  mais, plus largement, à des abus de pouvoir ou des manques criants d’humanité aux effets dévastateurs sur les victimes. Dans Comment l’Amérique veut changer de Pape, Nicolas Senèze, correspondant permanant du quotidien La Croix au Vatican depuis 2016, illustre son propos en rappelant que l’Eglise au cours des siècles a traversé bien des crises internes. L’auteur l’illustre en faisant allusion à une blanchisserie tenue par des religieuses à Dublin où été reléguées et exploitées  les jeunes filles accusées d’avoir ‘fauté’ tandis que leurs enfants leur étaient arrachés pour être placés à l’adoption, et cela contre leur gré.
          Aux USA, l’explosion en plein jour de la pédophilie dans l’Eglise a modifié en profondeur les équilibres plaçant peu à peu prêtres et évêques sous la coupe de l’argent. Des riches et influents laïcs catholiques ont mis à genoux certains membres de la hiérarchie et ont pris le pouvoir dans une Eglise américaine qu’ils abreuvent de généreuses donations. Certains hauts  dirigeants de l’Eglise sont devenus insensibles à la menace que représente l’argent. C’est bien l’indépendance de l’Eglise catholique aux puissances de l’argent qui est aujourd’hui en jeu aux Etats-Unis. Un courant théologique du pentecôtisme américain  donne une âme à ce bouleversement : l’aisance financière est un signe de bénédiction divine et de santé spirituelle tandis que la pauvreté est une punition de Dieu.  
Au Vatican, le pape François se bat au nom de l’Evangile contre cette puissance de l’argent au sein de l’Eglise aux USA où des laïcs influents  veulent changer de pape. Le pape a conscience que pour regagner la confiance des disciples de Jésus, il ne suffira pas d’émettre des décrets volontaristes, d’établir de nouvelles commissions ou d’améliorer l’organisation du travail, comme si les responsables de l’Eglise étaient les patrons d’agences de ressources humaines. François veut éviter qu’une telle vision finisse par réduire la mission du pasteur et de l’Eglise à une simple tâche administrative ou organisationnelle dans ‘l’entreprise d’évangélisation’. Le pape précise que ces démarches sont nécessaires, mais elles restent insuffisantes, car elles ne parviennent pas à assumer et à prendre en compte la complexité de la réalité et qu’elles risquent de finir par tout réduire à des problèmes d’organisation. 
Le pape n’oublie pas non plus que le peuple de Dieu et la mission de l’Eglise ont beaucoup souffert d’abus de pouvoir, de conscience, de sexualité ainsi que de mauvaise gestion de la part des responsables du peuple de Dieu. Le pape précise que pour regagner la confiance non seulement des fidèles mais des hommes et des femmes de la cité, il faut amorcer une véritable conversion de l’esprit, « de notre façon de prier, de gérer le pouvoir et l’argent, de notre manière de vivre l’autorité. »
 Le monde a besoin de pasteurs, de serviteurs de Dieu et des hommes, de maîtres dans le discernement en ce qui concerne la présence de Dieu dans l’histoire des hommes, dans la parole et la vie et en priorité celle des  plus pauvres.
L’auteur termine son ouvrage en décrivant avec beaucoup de justesse l’attitude du pape François confronté à la tempête qui s’est déchaînée contre lui : François refuse de se défendre, garde le silence et prend le temps de prier.  C’est sa force.
 Ce qui fait la force des disciples de Jésus est que la promesse de Jésus se réalise aujourd’hui : « Je répandrai de mon Esprit sur toute chair… » (Actes des apôtres 2, 17) a proclamé l’apôtre Pierre le jour de la venue du Saint Esprit sur les apôtres. Ce qui fait la force des évêques et de ceux et celles qui participent à la responsabilité des évêques est leur capacité de se remettre en cause et de se convertir continuellement pour discerner les appels de l’Esprit Saint qui est répandu sur toute chair.

Décembre 2019 - R. Pousseur

 

Le site de l'éditeur

 

Haut de page